Basket ball Strasbourg: Les Strasbourgeois, à l'assaut d'une tour Eiffel batave, plongent dans l'inconnu

▷ Colmar : Agence web Alsace, Création site internet à Mulhouse & Strasbourg > NEWS  > Basket ball Strasbourg: Les Strasbourgeois, à l'assaut d'une tour Eiffel batave, plongent dans l'inconnu

Basket ball Strasbourg: Les Strasbourgeois, à l'assaut d'une tour Eiffel batave, plongent dans l'inconnu

Quand on passe de la VO à la VF, les Eiffel Towers Den Bosch perdent tout de suite un peu de leur clinquant, car ça donne les… Tours Eiffel de Bois-le-Duc. Le deuxième du championnat néerlandais n’est pas inconnu de la SIG. Il y a deux ans, les deux équipes s’étaient déjà affrontées en phase de poule d’Eurochallenge. Chacune s’était imposée dans sa salle (97-85 pour la SIG, 83-60 pour Den Bosch).

Si les Strasbourgeois connaissent le chemin qui mène au Sportcentre Maaspoort, ils ne savent pas grand-chose de ce qui les y attend. « On se prépare en aveugle. On a essayé de gratter des images d’eux, impossible ! », explique Frédéric Sarre. Une mésaventure qui le fait sourire, car elle s’est déjà produite la semaine dernière, le coach de la SIG ne recevant un DVD de match de l’Apoel Nicosie qu’au lendemain de la victoire (76-67) face aux Chypriotes. « C’est bien de jouer de temps en temps en aveugle, positive l’ancien entraîneur de Pau. Car ça nécessite de la réactivité, de l’adaptabilité. C’est formateur pour notre jeune équipe. »

« On a des infos comparatives au Khimik Yuzhny, qu’on a vu deux fois et qu’ils ont battu en Ukraine [92-91] », poursuit Frédéric Sarre. Du côté de Den Bosch, il sait qu’il va retrouver des intérieurs grands comme des tours Eiffel, notamment Peter van Paasanen, un pivot de 2,12 m formé aux Etats-Unis, et l’enfant du pays Marcel Aarts, qui tutoie les 2,15 m et qui avait inscrit 18 points lors de la victoire des Néerlandais contre la SIG en janvier 2008. Il cite aussi l’intérieur américain Jérôme « The Beast » Beasley, drafté par Miami en 2003, mais qui n’a joué que deux matchs en NBA.

« Ça aurait été mieux d’avoir plus d’informations pour gagner », reconnaît Frédéric Sarre, plus préoccupé par la situation de la SIG en championnat (14e) et la réception de Dijon, samedi, que par cette plongée dans l’inconnu batave. « Avant de se projeter en Coupe d’Europe, l’essentiel pour le club est le maintien en Pro A », rappelle-t-il, avant de prendre la route pour le Sportcentre Maaspoort de Den Bosch. W

F. H.
20minutes.fr