Besoin d’un brevet pour votre entreprise alsacienne ?

La France est devenue une terre fertile – un « hub » – pour le développement des start-up mais quelles sont les conditions de leur réussite ? Avons-nous ce qui leur faut pour assurer des levées de fonds importantes et les mettre sur une courbe de croissance ?

Dans un contexte mondial de plus en plus innovant et compétitif, quelle est la contribution des brevets au succès des start-up françaises ? Les start-up détenant au moins un brevet ont 3 fois plus de chances de succès que les start-up qui n’en ont pas[1]. Avoir un brevet est donc un facteur contribuant au succès. Les autres facteurs qui contribuent et ressortent de cette analyse sont : une couverture géographique des brevets étendue (couvrant au moins 3 pays), des brevets de bonne qualité et enfin la détention d’une masse critique (d’un portefeuille) constituant un nombre suffisant de brevets. Bien entendu, ces indicateurs statistiques ne doivent pas laisser ignorer les autres critères fondamentaux de succès notamment la qualité du management, sa capacité à s’insérer dans les tendances, la pertinence de la technologie sous-jacente et sa réponse aux besoins des acheteurs, ainsi que l’ingéniosité des équipes de R&D.

La réussite d’une start-up est étroitement liée, premièrement à sa capacité à lever des fonds, et deuxièmement, à rester compétitive sur des marchés très concurrentiels. Les brevets contribuent à la valorisation des start-up et ils aident à sécuriser des financements nécessaires à leur développement, à tous les stades de financement mais encore plus pour des levées de fonds importantes. Les start-up françaises doivent considérer le brevet comme un actif de valorisation aidant à la levée de fonds.

Aujourd’hui, les start-up françaises n’ont pas pleinement pris conscience de l’importance des brevets et accumulent un retard en phase d’amorçage, phase critique où la protection de l’effort créatif devrait être la plus soutenue. En effet, seules 15% des start-up françaises détiennent au moins 1 brevet, ce qui est en dessous de la moyenne mondiale qui est de 20% et ce qui nous place derrière les start-up américaines (22%), et les start-up allemandes, leader avec 23%1.

La vision française en matière de propriété industrielle et de brevets doit être renforcée si on souhaite voir les start-up qui naissent dans notre pays, attirer des fonds de taille suffisante pour assurer leur pérennité. Mais les fonds d’investissement qui interviennent en phase d’amorçage doivent aussi jouer leur rôle en incitant les start-up qu’ils investissent à dédier des moyens pour s’équiper de portefeuilles de brevets de qualité s’ils veulent assurer leur succès.

[1] France Brevets a analysé un panel de 800 start-ups investies par des fonds d’investissement dans une sélection de pays, dont la France, l’Allemagne et les Etats-Unis, afin de déterminer si il y a des différences importantes et quels en sont les paramètres.

[1] France Brevets a analysé un panel de 800 start-ups investies par des fonds d’investissement dans une sélection de pays, dont la France, l’Allemagne et les Etats-Unis, afin de déterminer si il y a des différences importantes et quels en sont les paramètres.

 

Source: Forbes