La Chine au capital des géants de la tech

Pony Ma, le patron du géant de la tech Tencent et troisième fortune de Chine, n’en dort plus la nuit. Pékin voudrait s’inviter au capital de son empire, qui détient le réseau social ultra-dominant WeChat. D’après une enquête du Wall Street Journal, les autorités chinoises sont en train de prendre des participations de 1 % à 2 % dans les entreprises du Web chinois. Entrée au capital qui s’accompagnerait d’un siège à leur conseil d’administration.

 

C’était une question de temps : les entreprises de technologie chinoise, Alibaba et Tencent, en s’infiltrant dans tous les aspects de la vie quotidienne des habitants, ne pouvaient pas rester indépendantes. Elles l’étaient jusqu’ici en droit, malgré des relations étroites avec les dirigeants politiques.

 

Car on ne réussit pas en Chine sans des rapports cordiaux et soumis avec le pouvoir. Jack Ma, le patron d’Alibaba, raconte ainsi que son groupe a reçu environ 40 000 visites d’officiels chinois pour la seule année 2015. Il est aussi en train de mettre sur pied une fondation qui espère lever 100 milliards de yuans (12,8 millions d’euros) pour soutenir les plus défavorisés en Chine, l’un des principaux chantiers du président Xi Jinping. Mais jusqu’ici, l’astucieux patron disait : « Tombez amoureux du gouvernement, mais ne vous marriez pas avec ! »

En savoir plus sur lemonde…