Connaissez-vous la nationalité numérique ?

Depuis 2014, le pays balte d’1,3 million d’habitants propose d’ouvrir sa citoyenneté à toute personne désireuse de rejoindre sa nationalité en ligne. Reportage.

TALLINN, Estonie. – “On est Américains et on vient de Washington, où l’on a créé une boîte de design. Mais grâce à e-Residency, on est en train d’obtenir une nationalité européenne, ce qui va aussi nous permettre de lancer une antenne en Estonie et d’accéder au marché européen”, explique plein d’enthousiasme Graham Austin, commercial de l’agence Pareto Design à l’allure de bon gendre, rencontré au hasard des bavardages sur le sommet numérique de Tallinn. Pendant qu’en France, on parle de “start-up nation”, l’Estonie, elle, peut se targuer d’avoir des agences gouvernementales qui fonctionnent comme des start-up, notamment avec e-Residency, programme qui a déjà convaincu 22 000 personnes venant de 138 pays différents.

E-residency, tout le monde de la cyberdiplomatie n’a que ce programme à la bouche – il faut dire qu’il n’a pas d’équivalent sur l’échiquier international et semble être le soft power de demain. Cette initiative en ligne propose à n’importe qui dans le monde d’acquérir, contre 100 euros, une carte d’identité numérique éditée par l’administration estonienne – des papiers suffisants pour ouvrir une société boîte aux lettres dans le plus nordique des pays baltes. Entre une nouvelle humanité numérique saluée et l’ombre d’un paradis fiscal craint, démêlons le vrai du faux.

Lire la suite sur France 24…