D’anciens employés de Facebook ou de Google fuitent

D’anciens employés de Facebook ou de Google décident de prendre leurs distances avec Internet et tirent même le signal d’alarme, raconte “The Guardian”. Alors que la « digital detox » est devenue ces dernières années une véritable tendance dans un monde hyperconnecté,

 

il s’avère que ce besoin de liberté touche également ceux qui sont à l’origine de cette addiction. Un paradoxe que raconte le quotidien britannique The Guardian, qui est allé à la rencontre de ceux qui, malgré leur contribution à l’essor des principaux réseaux sociaux, souhaitent aujourd’hui faire marche arrière et retrouver une certaine sobriété dans leur approche d’Internet.

 

C’est le cas par exemple de Justin Rosenstein. Cet ancien ingénieur chez Google et Facebook, qui a notamment contribué à la conception du bouton « like » (« j’aime ») du réseau social, porte désormais une vision nettement plus désabusée sur ce qu’il considérait à l’époque, en 2009, comme un succès. Aujourd’hui, il évoque cette fonction comme un fournisseur de « pseudo-plaisir » et regrette que toute l’économie de ce secteur soit centrée sur la publicité, la plupart du temps ciblée et personnalisée grâce, justement, au « like » ou aux fonctions de partage et de commentaire.

 

 Une poignée de personnes d’une poignée de sociétés orientent, par leurs décisions, la façon de penser d’un milliard de personnes aujourd’hui. 

Lire la suite sur LePoint…