L’andropause, ménopause au masculin ?

L’andropause, ménopause au masculin ?

Un homme éprouve-t-il quelque chose de semblable à la ménopause féminine ? A part un petit nombre de sceptiques, beaucoup sont persuadés que ce phénomène est réel. Ce sujet, encore tabou, était au cœur des débats du dernier congrès mondial de sexologie, qui a eu lieu à Paris.
La faute à la testostérone
L’andropause est un phénomène plus flou que la ménopause. Il s’agit d’une baisse de la testostérone, hormone mâle bien connue, mais pas de son arrêt total. Elle intervient à un âge très variable, entre 40 et 70 ans. Si la majorité des hommes a une diminution de la testostérone après 50/60 ans, chez certains, la baisse est plus marquée. Cependant, pour affirmer qu’il s’agit bien d’andropause, il faut faire une analyse de sang et vérifier que le taux de testostérone biodisponible est inférieur à 40ng/ml. Ce qui est le cas de 10 à 20 %, voire 30 % des hommes, selon les études. Autrement, on parle de vieillissement prématuré. Cette modification hormonale va déclencher toute une batterie de changements, plutôt désagréables. Contrairement aux femmes, les hommes préfèrent les garder secrets et souffrir en silence. A l’heure où le Viagra et ses compagnons ont délié les langues, en parler à son médecin ne devrait plus être un frein.
Lorsque la testostérone chute
Côté sexuel, l’homme connaît une nette baisse du désir. Il n’a plus d’intérêt pour la chose, n’a plus ou moins d’érections nocturnes spontanées, et la quantité de sperme est réduite lors de l’éjaculation. En même temps, il connaît des bouffées de chaleur, une transpiration épisodique, un sommeil en pointillé, des pertes de mémoire immédiate et une difficulté à se concentrer. Il devient irritable, de plus en plus fatigué, avec une sensation d’être vidé dès le matin. Ces symptômes s’accompagnent de douleurs musculaires, de courbatures, parfois même de tendinites. Dans le même laps de temps, sa ligne prend une courbe ascendante au niveau du ventre. Lorsque s’y ajoutent un état dépressif discret et une humeur changeante, notre homme ne se reconnaît plus. Pas de panique, tous les hommes n’éprouvent pas la totalité de ces symptômes, ni avec la même intensité. Il est cependant bon de les reconnaître pour les aborder plus sereinement.
Bon à savoir : une andropause ignorée peut accroître le risque cardio-vasculaire et celui de l’osteoporose qui, rappelons- le, ne touche pas que les femmes. Et pour cause, puisque la testostérone agit dans la fabrication des globules sanguins, dans la moelle osseuse, et sur la formation des os.

Source