LinkedIn VS Viadeo : Il ne peut en rester qu’un !

▷ Colmar : Agence web Alsace, Création site internet à Mulhouse & Strasbourg > Numérique  > LinkedIn VS Viadeo : Il ne peut en rester qu’un !

LinkedIn VS Viadeo : Il ne peut en rester qu’un !

Le réseau social professionnel aux 7,5 millions de membres, sauvé du naufrage en décembre 2016 par la société Figaro Classifields, « va arrêter de se prendre pour une licorne » et se concentrer uniquement sur la France. Pour réussir, il mise sur l’amélioration de la qualité du service et compte se rapprocher des acteurs publics de l’emploi, comme Pôle Emploi, l’Apec, et même la French Tech. Décryptage.

Opération de la dernière chance pour Viadeo. Six mois après son rachat, pour 1,5 million d’euros à peine, par Figaro Classifields (filiale du Groupe Figaro CCM Benchmark, qui détient le célèbre quotidien), le réseau social professionnel réalise un grand pivot stratégique, présenté ce jeudi 8 juin par ses repreneurs. Au menu : simplification du service en s’inspirant du meilleur du concurrent LinkedIn, et surtout, un recentrage logique sur la France, le seul pays où Viadeo dégageait des bénéfices au temps de sa grandeur.

« On ne veut plus être le concurrent de LinkedIn »

« Le nouveau Viadeo va arrêter de se prendre pour une licorne et se concentrer sur son vrai marché, la France », résume Thibaut Gemignani, le directeur général de la société Figaro Classifields, qui a redéfini la stratégie de Viadeo depuis la reprise. Finie la course avec LinkedIn, racheté par Microsoft en juin 2016 pour 26 milliards de dollars. Terminées, les grandes ambitions internationales – notamment chinoises – qui avaient précipité la chute de la précédente équipe.

Le Viadeo 2.0 sera plus modeste en se concentrant uniquement sur la France, son principal marché avec 7,5 millions d’utilisateurs. Une stratégie qui fonctionne très bien en Allemagne pour Xing, créé en 2003, un an avant Viadeo, qui a toujours choisi de ne pas s’étendre pour devenir incontournable chez lui. « Il faut réveiller Viadeo en améliorant la qualité du service et l’engagement de nos utilisateurs », estime Thibaut Gemignani.

Il y a du pain sur la planche. Seuls 10% à 15% des utilisateurs sont actifs tous les mois, contre 20% pour LinkedIn. Les profils incomplets et les faux pullulent, à l’image de la vingtaine de profils « Catherine Deneuve » qui coexistent sur le site. « Viadeo a un problème général d’image et de qualité », reconnaît sans détour Pascal Lasserre, le directeur général adjoint.

Pour repartir du bon pied, la nouvelle équipe a pris le temps, au premier trimestre 2017, d’écouter ses utilisateurs. Et surtout leurs critiques. « C’est has-been »« pas pertinent »« trop de spam »« mon réseau n’y est pas »« il faut changer la marque »« je n’y vais jamais » faisaient partie des observations les plus courantes.

Les seules qualités qui sont ressorties de l’enquête louaient l’existence du « seul réseau social français », la notoriété de la marque, sa force en région (Viadeo y revendique deux tiers de ses membres et une meilleure implantation que LinkedIn) et le besoin, pour certains, d’une alternative à LinkedIn, peu réputé pour son service client auprès des entreprises qui y postent des offres.

Lire la suite sur LaTribune…