Payer pour faire un stage

ENQUÊTE // Malgré les mesures prises par le gouvernement, le business autour des conventions de stage continue, à la limite de la légalité.

Le stage, un des meilleurs moyens pour s’insérer sur le marché de l’emploi ? En tout cas, près de 30% des jeunes issus d’école de commerce ou d’ingénieurs en poste ont décroché leur premier emploi dans l’entreprise où ils ont effectué leur stage, selon la conférence des Grandes Ecoles (CGE). Mais, comment bénéficier de ce sésame quand on n’est plus sur les bancs de l’école ?

C’est le dilemme auquel a fait face Alicia*, 26 ans, qui a décidé de refaire un stage après son diplôme d’école de commerce pour découvrir un autre secteur d’activité. “Je rêvais de travailler dans le cinéma, mais je n’avais aucun contact. J’étais donc convaincue que cette stratégie me permettrait de faire mon trou”, explique l’ancienne apprentie qui a opté pour un plan B aux frontières de la légalité.

 

700 euros pour une formation en ligne et une convention

 

Comme son école a refusé de lui délivrer une nouvelle convention, elle a choisi de débourser 700 euros pour s’inscrire à une formation en ligne .“J’ai trouvé cette solution sur Internet, confie-t-elle. En quelques clics, j’ai vite compris que je n’étais pas un cas isolé”.

Lucie*, 22 ans, elle suit un cursus audiovisuel. Après sa licence de sociologie, elle a enchaîné avec une année de prépa qui lui a coûté 3.000 euros. Après un échec au concours des écoles de journalisme, elle n’a pas souhaité poursuivre ses études. “Ce sont des amis qui m’ont conseillé cette solution et ça me coûte moins cher qu’une école classique”, indique celle qui espère décrocher un emploi après cette expérience. “Je mise tout sur les stages. C’est le bon plan pour se former et construire son réseau”.

 

En savoir plus sur lesechos…