Un français pirate le compte Twitter d'Obama ‎

▷ Colmar : Agence web Alsace, Création site internet à Mulhouse & Strasbourg > NEWS  > Un français pirate le compte Twitter d'Obama ‎

Un français pirate le compte Twitter d'Obama ‎

Il se faisait appeler «Hacker-croll». Mais les talents de ce petit génie introverti de l’informatique pourraient lui valoir de sérieux problèmes. Ce Français de 25 ans, qui avait piraté le réseau social Twitter dont le compte du président américain Barack Obama, a été interpellé lundi à Beaumont, dans le Puy-de-Dôme, au terme d’une enquête franco-américaine de huit mois.

Placé en garde à vue mardi à Clermont-Ferrand, il a été aussi entendu par quatre agents du Federal Bureau of Investigation (FBI), qui voulaient comprendre comment il avait réussi à pénétrer le site.

Convoqué devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand pour le 24 juin, le jeune homme a été libéré mercredi soir. L’«intrusion dans un système de données» pour laquelle il risque d’être poursuivi, est punie en France d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison.

Un pirate décrit comme un peu simplet…

Ce pirate sans emploi et décrit comme un peu simplet, était parvenu à obtenir les «codes administrateurs» de Twitter et à naviguer sur le site en créant et supprimant des comptes. Il avait ainsi accès à des données confidentielles que les internautes peuvent déposer sur la toile : numéros de téléphone, agendas partagés, mais aussi des informations bancaires. Dans une moindre mesure, il sévissait aussi sur le réseau social Facebook ou des messageries électroniques telles que G-mail. Ses cibles favorites étaient les personnalités politiques, mais aussi celles du show-biz, surtout de nationalité américaine

Pour parvenir à ses fins, ce titulaire d’un BEP électronique n’usait pas de moyens techniques très élaborés. Il se contentait de pister la moindre information laissée sur le net par les internautes. Grâce à ces données, il remontait le fil jusqu’à trouver les mots de passe les plus courants. Une source policière évoque la «méthode de l’ingenierie sociale». «Il a agi par pari, par défi de hacker. C’est le genre de gars qui revendique ce qu’il a fait», a déclaré à l’AFP Jean-Yves Coquillat, procureur de Clermont-Ferrand.

… et un peu trop bavard

Fier de ses trouvailles, le jeune homme avait créé son blog pour les faire partager. En juillet dernier, dans des forums réservés aux pirates, il publiait la preuve de ses intrusions sur Twitter, mettant en ligne les données confidentielles qu’il avaient recueillies : noms, adresses, date de naissance, mais aussi habitudes alimentaires… En revanche, selon la police française, il n’a «jamais tenté de monnayer ni tirer un profit quelconque» du piratage de Twitter.

L’été dernier, le FBI, qui avait relevé ces activités et déterminé l’origine française des connexions, avait alerté l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCCLTIC, de la direction centrale de la police judiciaire). A la même époque, le site spécialisé américain TechCrunch avaient eu accès à des centaines de documents piratés sur Twitter, dont certains avaient trait à la stratégie du site de micro-blogs. A l’époque, TechCrunch avait affirmé sur son blog que ces documents lui avaient été envoyés par «Hacker-croll».
Il aura fallu plusieurs mois d’investigations pour que les enquêteurs français et américains interpellent «Hacker-croll», au domicile de ses parents, chez qui il vit.

Le pirate était par ailleurs déjà connu pour des faits d’escroqueries sur internet, de «petites escroqueries qui lui avaient rapporté 15 000 euros», selon la police.

Source