Business with Attitude

Les inscriptions pour le prix de  «Madame Figaro » dédié aux créatrices d’entreprise sont ouvertes jusqu’au 20 octobre. Et la gagnante sera… Réponse en mars à l’issue de la nouvelle édition de Business with Attitude, le prix qu’organise Madame Figaro pour distinguer les créatrices d’entreprise. «L’ADN de Madame Figaro, souligne Anne-Florence Schmitt, directrice de la rédaction, repose sur une volonté forte: celle de défendre la création, sous toutes ses formes – stylistique, artistique, photographique, et jusqu’à la création d’entreprise. Nous aimons les créateurs, et c’est pour cela que nous les mettons en avant chaque semaine dans nos pages.»

Comme l’an dernier, les participantes peuvent concourir dans cinq catégories: next techs, engagement, savoirs, création, génération services. Les inscriptions en ligne sont ouvertes jusqu’au 20 octobre et le formulaire de candidature peut être accompagné d’une vidéo. Les candidates doivent diriger une entreprise ayant entre 1 et 5 ans, implantée en France, innovante et affichant un total de chiffre d’affaires et levées de fonds ou d’aides d’au moins égale à 250.000 euros.

 

Un programme d’accompagnement

 

À partir du 20 novembre, les dossiers de quinze demi-finalistes sélectionnées par la rédaction seront mis en ligne sur le site Internet de Madame Figaro et soumis au suffrage des lectrices et des lecteurs. En janvier, le jury désignera les cinq finalistes – une par catégorie. Elles défendront leur projet devant le jury sur la scène de la Gaîté lyrique le 15 mars.

 

Plus qu’un prix, Business with Attitude est un programme d’accompagnement dont les cinq finalistes bénéficieront pendant un an. Première application pratique: quelques séances de coaching par la société Brightness (TEDx Paris) pour préparer la présentation que ces créatrices d’entreprises feront sur la scène de la Gaîté lyrique. Elles profiteront aussi de l’expertise d’un medialab pour affiner la communication de leur entreprise et d’ateliers personnalisés selon leurs besoins (se développer à l’international, lever des fonds, recruter) menés notamment avec l’aide d’EY et de la BPI.

 

 

Lire la suite sur Lefigaro…