L’Estonie est le “e-pays” par excellence. En à peine 28 ans d’existence, il a su se réinventer par l’innovation. Patrie de Skype, le pays compte déjà quatre “licornes” pour 1,3 million d’habitants. L’administration en cloud facilite aussi la vie des citoyens et des start-up. Les supporters de l’État-plateforme estonien y voient une alternative aux Gafa. Alors demain, tous Estoniens ? De l’économie à la société numérique estonienne, #TECH24 vous emmène à la rencontre de la “digital nation”.

 

Discrètement et avec persévérance, l’Estonie est devenue un véritable eldorado pour l’innovation digitale et les start-up européennes. Comment cette ex-république soviétique, dont l’administration est aujourd’hui numérisée à 99 %, a-t-elle réussi ce tour de force économique ? Réponses.

 

Conventions Syntec, c’est quoi ?

 

Nous le savons, dans toutes les entreprises françaises, les rapports entre les salariés et employés sont régis par la loi que l’on retrouve dans le code du travail. Il existe également organisations syndicales et patronales dans ces branches professionnelles afin de négocier certaines de ces règles. C’est ce qu’on appelle les conventions collectives. Cette dernière permet, par exemple, de définir le statut des travailleurs, démissions, préavis, …

En prévision d’Halloween, Google a fait montre du sens de l’humour et a installé dans un de ses bureaux un «cimetière» avec des pierres tombales des services et applications fermés pour des raisons différentes ou inactifs ces dernières années. Dana Fried, une employée de Google, a publié via Twitter une photo de pierres tombales pour de nombreux services Google aujourd’hui morts.

 

Libra est censée offrir à partir de courant 2020 un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels. Nouveau revers majeur pour Libra : PayPal, l’un des partenaires du projet de monnaie numérique de Facebook quitte le navire après des semaines de scepticisme, voire d’hostilité, de la part de divers gouvernements, experts et concurrents.

Wikipedia peut-elle encore être considérée comme neutre ? Au vue de la position actuelle de l’encyclopédie sur le féminisme et autres joyeusetés du “progrès”, on peut sérieusement en douter… Quant aux bidouillages divers et variés ou la dictature des administrateurs, nos lecteurs reliront avec avantage cet article de Craig Murray (en anglais) ou sa traduction en français par le site Les Crises d’Olivier Berruyer.