Humain et révolution numérique

Epistémologue rigoureux, soucieux d’éducation et de diffusion du savoir, Michel Serres nous raconte que l’homme vit aujourd’hui la troisième révolution de son histoire. Après l’écriture et l’imprimerie, le voilà face au numérique. Pour cela, il reprend son personnage “Petite Poucette” et nous fait voyager au travers des époques.

 
Dans cette conférence USI, Michel Serres s’intéresse particulièrement à l’évolution de la notion d’espace et d’adresse : l’espace physique est caractérisé par notre adresse postale, code formé d’une succession de lettres et de chiffres et ce code se réfère à un espace métrique défini par des distances géométriques relatives.

 

L’espace virtuel se détermine, lui, par l’immédiateté de l’accès à n’importe quelle personne par le téléphone portable, à n’importe quel lieu par le GPS et à n’importe quelle connaissance par Wikipedia. Le monde est passé d’un espace métrique, euclidien, cartésien à un espace de voisinage, topologique. Vivre dans ce nouvel espace est révolutionnaire, estime le philosophe, car cela remet forcément en cause les lois et les institutions créées sur la vision de l’ancien espace : université, bibliothèque, police, justice, élus. Et même le baccalauréat.